Nous sommes actuellement le 21 Juin 2021, 16:51


Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : enfin
Message Publié : 13 Fév 2021, 10:55 
Guide
Guide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2013, 19:01
Message(s) : 568
Localisation : SAINT CHINIAN
NOM: CALMETTE
Prénom: Jo
J'ai trouvé Siga!
https://www.elwatan.com/edition/culture ... 26-12-2020
LES ANCIENS SERONT CONTENTS
passe de Siga!! longitude 10.08632 latitude31.01407


Pièces jointes :
Africain-de-massinissa.jpg
Africain-de-massinissa.jpg [ 51.6 Kio | Consulté 1339 fois ]

_________________
A quand le prochain départ?
Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: enfin
Message Publié : 13 Fév 2021, 11:40 
Découvreur
Découvreur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Mars 2014, 10:33
Message(s) : 144
Localisation : VIRIAT (AIN)
NOM: DEROCHE
Prénom: Dominique
la sigal y la formi...
j'y coni on sigal qui chanti to l'temps qu'il fi bo
ma voila qui li froid li vini, y'en a rien por boffi....

(Djelloul les contes en sabir)

Ça manque tout ça !

Dominique


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: enfin
Message Publié : 13 Fév 2021, 11:43 
Guide
Guide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2013, 19:01
Message(s) : 568
Localisation : SAINT CHINIAN
NOM: CALMETTE
Prénom: Jo
Gaetan Keusteurman nous avait régalé par son ouvrage de Siga à el Formi!
Belle époque.
je n'arrive pas à retrouver dans les archives.

_________________
A quand le prochain départ?


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: enfin Eureka!
Message Publié : 13 Fév 2021, 11:54 
Guide
Guide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2013, 19:01
Message(s) : 568
Localisation : SAINT CHINIAN
NOM: CALMETTE
Prénom: Jo
J'ai retrouvé en archive ce délice d'humour de Gaétan!
s.
Nous voilà arrivé à l’ère du « tout va vite » où même les voyages se font de plus en plus à la vitesse éclair. Il suffit de voir la prolifération de groupes qui descendent, pieds aux taquets, jusqu’au plus bas du Grand Erg Oriental pour le remonter tout aussi vite. Ils existe des voyages « clés en main » où « vous irez dans des endroits dont eux seuls ont le secret », jalousement gardé au fond des multiples poches de leurs gilets multipoches couleur sable dont on ne distingue plus le coloris tellement ces derniers sont bariolés d’écussons brodés en tout genre.
On va tellement vite qu’on se contente d’un vague descriptif mis en ligne et accessible en deux clics de souris. On ne prend même plus le temps de regarder entre deux dunes, à droite ou à gauche, pour y voir les merveilles qui s’y cachent. Tel un train à grande vitesse descendant vers le Sud, on passe sans s’arrêter.
Des exploits d’aventure et de découverte sont parfois montés de toute pièce. D’autres croient bon de s’approprier des lieux en emmenant leur troupeau paître tout ailleurs. Et la Passe de Siga en est l’exemple type.
Un beau matin, on entend un nom, puis il est utilisé à outrance sans réellement savoir de quoi il s’agit. Le doute est semé. Même les plus aguerris y perdent leur latin.
Or la Passe de Siga existe bel et bien. En voici son histoire.
Siga, son village, sa passe et tout le toutim ont bien été découverts en 1893 par un régiment français qui avait osé s’aventurer dans les sables jusque là.
Vers l’Ouest, se trouve El Formi. Mais, peu de gens connaissent, même aujourd’hui.
Peu de gens connaissent parce que le passage est vraiment délicat. Il y a un petit défilé entre deux montagnes, qui est connu pour des attaques de convois lors d’expéditions militaires de la fin du 19éme. Ce petit défilé est l’unique passage obligé vers El Formi, et il est presque comblé par des pierres. Mais lorsqu’on sort de ce défilé, quel magnifique spectacle s’offre alors à nos yeux !
Un convoi est resté coincé dans le défilé qui sépare Siga et El Formi. Un bataillon tout entier y a été décimé dans la nuit du 22 septembre 1894, soit un an après la découverte de Siga.
Pour plus de détails, je vous renvoie directement au livre du Lieutenant Desbards. Ce livre reprend ses notes écrites entre 1891, date de son affectation en Tunisie, et 1894, date de sa mort dans le fameux défilé. Son carnet a été ramassé par Mohamed El Baraki qui l’a vendu, contre un fusil et deux tonnelets de poudre, à un certain Jean du Plessis de la Garde de Saint Sauveur, qui s’est empressé de le publier sous le nom de : Eugène Desbards avec le titre : Expédition en Tunisie septentrionale, de Tataouine à El Formi.

Le 19 décembre 1922, l’expédition du raid Citroën en autochenille menée par G-M Haardt et L . Audouin-Dubreuil vers Tombouctou fait un écart de route et passe par Siga dans le but de rouvrir la passe vers El Formi. Cette épopée est relatée dans la très rare édition du livre « La Première Traversée du Sahara en Automobile, de Touggourt à Tombouctou par Siga et l’Atlantide ». Editions Plon 1923.

Le premier mai 1933, les rapports du ministère de la guerre relatent une sale affaire qui s’est passée dans la passe de Siga (noté Schiga sur une ancienne carte de Tunisie).
Le 30 avril, un détachement du groupe mobile de Tataouine occupe la grande dune qui surveille la passe car des bandes de dissidents sont signalées dans l’erg. Légionnaires et tirailleurs tunisiens y ont aménagé trois positions de défense à différents endroits de la ligne de crête pendant que le gros du groupe mobile s’installe dans le gassi à la sortie du défilé.
Une terrible tempête de sable coupe toutes communications pendant la nuit...
Aux premières lueurs du jour, le 1er mai, le commandement, en observant les crêtes, remarque des mouvements d’hommes suspects avant qu’une vive fusillade éclate. Quelques heures plus tard, il note le décrochement de quelques hommes de troupes dont plusieurs semblent blessés. Ceux-ci parviennent au bas des dunes au premier point d’appui du groupe mobile. Les troupes, s’étant ressaisies, contre-attaquent difficilement sous le feu ennemi dans la pente des grandes dunes pour finir par atteindre la ligne de crêtes où elles ne peuvent que constater le désastre. Les pertes de la journée s’élèvent alors à 27 morts et 28 blessés dont plusieurs ne survivront pas... La majorité sera enterrée sur place... En cherchant bien, les restes du cimetière sont probablement encore visibles dans la passe.
La petite histoire, qui n’a pas été trouvée dans les rapports officiels mais dans des récits annexes d’officiers ayant raconté, bien plus tard, leurs combats, révèle que les légionnaires se sont mis à fêter, dès la veille, Camerone en date du 1er mai. Il s’avéra alors que, lors de l’attaque d’envergure effectuée à la fin de la nuit par un fort parti de dissidents, beaucoup des légionnaires qui tenaient la position supérieure n’étaient pas en état de combattre lors des assauts ennemis. En grande majorité ivres, abrités qu’ils étaient pour se protéger des rafales de vent et de sable, ils avaient relâché leur vigilance habituelle. Ils n’entendirent venir personne et ne purent rien faire sous la pluie de grenades qui s’abattit sur leur position. Quelques survivants, pris de panique, se ruèrent vers les postes inférieurs sous le feu des attaquants ce qui provoqua alors la débandade générale des tirailleurs tunisiens dans la pente des dunes...
Voici la triste histoire de la passe de Siga, bien connue des légionnaires survivants qui se rappelaient son souvenir les soirs de beuverie sous l’expression : "On en a bien chié les gars à Siga..."
Il existe une photo du cimetière de Siga avec les croix visibles, l’aumônier militaire est en train de bénir les tombes ; cette photo, agrandie, se trouve dans un des salons de l’hôtel Shango à Tataouine.
En fouillant un peu, un pilleur de tombe bien connu, utilisant l’édition de guides touristiques comme couverture, y aurait trouvé un trésor fabuleux. Il semblerait qu’il s’agisse des derniers vestiges des garamantes si chers à Théodore Monod. Un char entier aurait été mis à jour, des amphores pleines d’émeraudes et des pièces d’or frappées du sceau de Salomon. Déjà, l’idolâtrie était pratiquée, puisqu’il se trouvait des statuettes en ivoire, incrustées de rubis et d’émeraudes, représentant le digne guide de la caravane sous forme d’un fennec en chariot à 4 roues. Il faut dire qu’à force de laisser vieillir leurs boissons alcoolisées au fond des amphores en plein soleil, les garamantes avaient des hallucinations foudroyantes.
De nos jours, Siga est représenté comme sur cette photo satellite. Ce qu’on ne voit pas sur cette photo c’est El Formi qui se situe plus à l’Ouest.

Le point A représente la passe en question. Le point B représente le village de Siga avec sa palmeraie, ses lacs et sources magnifiques, son hôtel international, son débit de boissons, son bordel, ses pistes d’atterrissage, sa montagne tabulaire (au Nord), sa garnison, etc , etc.
Bien entendu aucune piste n’y mène et il faut en avoir dans le caleçon pour oser s’aventurer là bas. D’ailleurs c’est bien connu, Siga est le dernier port saharien encore rempli de malfrats en tout genre, et cela depuis la découverte de la palmeraie en 1893.
Depuis, le village s’est construit tout autour. Une maison close y a vu le jour, ainsi qu’un troquet. Le seul bar digne de ce nom dans tout le grand Erg Oriental, avec ses baroudeurs qui dorment sur les banquettes, des types aux visages sombres pleins de cicatrices, une fumée épaisse qui ne descend pas du plafond depuis que l’hélice du ventilo ne fonctionne plus. D’ailleurs, elle ne fonctionne plus depuis le grand baston du 14 juillet 1954, lorsqu’il a fallu mettre des coups de plaque de sable dans les tronches de certains déjantés qui se prenaient pour les rois des dunes avec des gilets à poches sans manches et des logos brodés de partout que tu te demandes s’ils s’appellent Maurice ou Aventuraidmachin. Avec le Port Salut c’est quand même plus facile, y a que ça de marqué dessus. Il paraîtrait qu’on y distille du Saint-Chinian frelaté.
Dehors le vent crache sa poussière, et la chaleur aplatit les hommes à la sieste. Quelques clébards rodent en trottinant aveuglément à la recherche d’un reste de chèvre boucané. Une enseigne métallique rouillée se balance misérablement en grinçant tristement une funèbre oraison.
Des militaires jouent aux dominos sous l’auvent du poste de garde. Ils sirotent un thé amer aux relents du souffre des forages artésiens. Un burnous s’efface dans l’ombre d’une ruelle.
Une mobylette pétarade entre le petit lac et la grande dune. C’est sans doute Ichmi qui va chasser les gazelles après avoir travaillé dans son jardin de la palmeraie où il essaie tant bien que mal de faire pousser du cannabis qu’il revendra très certainement à quelque malfrat perdu dans ce coin du monde.
Le temps s’est arrêté.
Aujourd’hui, d’aucuns ont voulu éditer de nouveaux guides : « Les pistes inédites du grand Sud tunisien ». Malheureusement cela s’est fait non sans ouvrir une voie vers un tourisme de masse qui abandonna Siga aux mains de promoteurs peu scrupuleux. Ceux-ci n’ont pas hésité une seconde à lancer leur méga projet d’urbanisation touristique, programmé en parallèle de celui de la mise en eau du Chott el Djerid. Le fax suivant en témoigne.

Même les compagnies « low cost » s’y sont intéressées. Mais seul Point Afrique desservira la destination, car ni Virgin, ni Ryanair ne veulent (ne peuvent ?) sortir de l’Europe.
Sur présentation du dernier guide de Gandini, vous obtiendrez 5% de réduction sur un vol direct Calvisson-Siga. Offre valable uniquement en été et en semaine avec au moins trois nuits sur place, est non cumulable avec d’autres offres ou tarifs spéciaux.
Pour les baroudeurs en tout genre, un concessionnaire Toyota a vu le jour en 1974. Malgré de grosses difficultés financières, et les risques de faillite fréquemment évités grâce à la vente de la liqueur locale et de prétendu muscadet australien, en fait du liquide de frein libyen. Aujourd’hui, c’est Mahmoud l’ancien chef mécano qui tient la boutique et la fait tourner de main de maître. Il faut dire qu’il est devenu champion pour écouler ses stocks de détartrant à radiateurs vers la distillerie qui produit quelques hectolitres d’une liqueur locale vendue sous une appellation de Saint-Chinian non contrôlée et portant le nom de Château Calamine. Sans doute un héritage des garamantes.

Cette petite coopérative, gérée par un languedocien résident de temps en temps à Siga aux hasard de ses difficultés métropolitaines, ancien professionnel des télécoms et de la vinasse lyophilisée, se trouve à l’arrière du mastroquet, dans une bâtisse de bois branlant.
Il n’est pas le seul avanturier français du coin. Un pharmacien véreux de la Haute-Marne s’est installé depuis quelques années sur la petite place à côté du petit fortin. Il y vend des décoctions à base d’algues et de sangsues trouvées dans le grand lac. Il a fui Wassy, son village natal, suite à une fraude monumentale. Il faisait passer de la simple aspirine broyée et recompactée pour un anti-paludéen. D’ailleurs, le Spectateur Wasseyen, la chronique locale, traite de cette fuite vers le Sud.

Même une secte d’illuminés des sables, les Charraréens, a décidé d’y célébrer sa grande messe annuelle du dernier week-end de mai. Grande messe où le Château Calamine coule toujours à flot jusqu’au petites heures du matin, quand le pic-vert défonce les crânes au burin. Il est étrange de constater que le gourou de la secte des Charraréens n’est autre que le maire de Siga.

_________________
A quand le prochain départ?


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: enfin
Message Publié : 13 Fév 2021, 12:17 
Guide
Guide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2013, 19:01
Message(s) : 568
Localisation : SAINT CHINIAN
NOM: CALMETTE
Prénom: Jo
J'ai retrouvé les illustrations je vais essayer de les mettre sur ce site.


Pièces jointes :
illustration siga 6.jpg
illustration siga 6.jpg [ 7.16 Kio | Consulté 1333 fois ]

_________________
A quand le prochain départ?
Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: enfin
Message Publié : 13 Fév 2021, 21:34 
Découvreur
Découvreur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Mars 2014, 10:33
Message(s) : 144
Localisation : VIRIAT (AIN)
NOM: DEROCHE
Prénom: Dominique
calmettejo a écrit :
Gaetan Keusteurman nous avait régalé par son ouvrage de Siga à el Formi!
Belle époque.
je n'arrive pas à retrouver dans les archives.
j'ai un petit fascicule hélas il n'y a plus de couverture...
Ce sont les Fables en sabir de Kaddour (et non Djelloul).
Les fables de La Fontaine en sabir une merveille.
Dans ma jeunesse j'en avais appris 2 par coeur, histoire de faire rigoler mes copains français... oui moi je "rentrais" en France à 20 ans après une vie entière au Maroc.
La cigale y la Formi, Li corbeau y li chacail , et j'ai tenté La lion y la pitite moche... là de rire je n'en ai appris que le début... pour cause
"Vatan, in al oualdik , bogri di salopri."
Ci comme ça qui barli, afic one pitite moche.
La lion di désert. - " Ji ti touille si t'abroche,
Ispice di gran salti, qui bouf li chian pori."
etc...
un régal..
amitiés
Dominique


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: enfin
Message Publié : 14 Fév 2021, 07:25 
Découvreur
Découvreur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2014, 08:08
Message(s) : 219
NOM: PEREZ
Prénom: Jean Marie
Bonjour, et ben la journée commence bien!! mais où avez vous trouvé ça? c'est super


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: enfin
Message Publié : 14 Fév 2021, 07:42 
Guide
Guide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2013, 19:01
Message(s) : 568
Localisation : SAINT CHINIAN
NOM: CALMETTE
Prénom: Jo
C’est matant. Feu Bellissan m'avait aussi raconté à Alès une de ces fables. Je salue Gaetan pour son cour d’histoire made in Belgium.

_________________
A quand le prochain départ?


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: enfin
Message Publié : 14 Fév 2021, 13:55 
Découvreur
Découvreur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Mars 2014, 10:33
Message(s) : 144
Localisation : VIRIAT (AIN)
NOM: DEROCHE
Prénom: Dominique
http://alger-roi.fr/Alger/sabir/sabir.htm

C'est à lire tout haut en roulant les "R"...
amusement garanti...

J'ty jour ti va rigouli...
Dominique


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: enfin
Message Publié : 14 Fév 2021, 15:29 
Touriste
Touriste

Inscription : 12 Nov 2018, 17:14
Message(s) : 35
NOM: RAO new
Prénom: Sonny new
excellent tout ça........ que de bons souvenirs


Haut
Hors-ligne Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 message(s) ]  Modérateurs : calmettejo, Francette

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Theme created StylerBB.net
Traduit en français par Maël Soucaze.
pouet